Comment éviter les nuisibles dans un jardin ?

92
Partager :

Un jardin est constamment exposé à une variété de maladies et à une invasion parfois massive de ravageurs. Souvent, la raison en est le non-respect des exigences des espèces individuelles (par exemple en raison d’un manque de connaissances) et des soins inappropriés. Des problèmes de ce type peuvent également survenir pour des raisons indépendantes de notre volonté.

Pour prendre soin de votre extérieur et éviter les nuisibles dans un jardin, voici un guide pratique à garder entre toutes les mains.

A découvrir également : Quelles fleurs poussent plus vite ?

En conséquence, les plantes bénéficient d’un bon état et sont donc moins sensibles aux maladies et aux ravageurs. La prévention est très importante, la lutte contre les maladies fongiques et les ravageurs est le dernier recours. Quelles activités doivent être réalisées ?

1. Veillez à prendre de bonnes distances entre vos semis

La première étape de la protection des plantes est toujours d’assurer les meilleures conditions possibles et des soins appropriés.

A lire en complément : Comment couper un olivier nain ?

Le fait de planter un trop plein de graines à un endroit ou de disposer vos semis de façon trop serrée va empêcher non seulement les plantes d’atteindre leur taille cible, mais contribue également à la propagation des maladies et des ravageurs envahissants.

2. Choisissez des graines et des boutures de bonne qualité

Contrairement aux apparences, le fait de privilégier la qualité à la quantité est essentiel pour s’assurer d’avoir une plus grande certitude que les graines ou les plantes seront exemptes d’agents pathogènes, d’œufs de ravageurs, etc. Les plantes achetées en pépinières sont soigneusement sélectionnées pour être proposées.

3. Ne noyez pas vos plantes sous un arrosage excessif

Lors de l’arrosage, essayez de ne pas mouiller le dessus de vos plantations. Si cela n’est pas possible, vous devez réaliser ce soin tôt le matin pour éviter la réverbération des gouttes d’eau sur les feuilles. Ainsi, les plantes ne seront pas brûlées les rayons UV du soleil.

Toutefois, n’oubliez pas de leur fournir suffisamment d’arrosage pour limiter l’impact de la sécheresse sur leurs racines et la probabilité d’apparition d’acariens.

4. Utilisez une fertilisation équilibrée

La surfertilisation azotée doit être évitée, car les plantes sont alors plus sensibles aux ravageurs (par exemple, les pucerons).

De ce fait, lorsque vous procédez à la récolte de légumes, le plant doit ensuite être retiré pour réduire la population de ravageurs du sol tels que les taupins et les larves.

Si votre semis est durable, des préparations maison et écologiques peuvent aussi être utilisées à titre prophylactique, comme par exemple le fumier d’ortie ou du vinaigre de vin blanc qui est un repulsif chat naturel.

5. Luttez efficacement contre les ravageurs et les maladies fongiques

Diverses maladies apparaissent dans les légumes verts cultivés (ex. oïdium, mildiou, moisissure grise, rouille, pygargue à queue blanche des crucifères) et des ravageurs (aleurodes, cicadelles, pucerons, tétranyques, thrips…). Les reconnaître et donc choisir la bonne préparation peut être un problème.

Dans ce cas, les agents universels qui combattent diverses espèces d’insectes, d’acariens et de maladies fongiques ont l’avantage.

Dans votre verger et chez votre marchand de légumes, il vaut la peine d’utiliser des légumes et des fruits limocides. Il est recommandé d’utiliser cette préparation à des intervalles de 5 à 7 jours.

Une grande attention doit être portée à la face inférieure des limbes des feuilles (on y trouve souvent des parasites et des spores fongiques). Ce traitement doit être exécuté le soir, par temps sans vent et sans pluie.

Partager :