Que devez-vous savoir sur les semences fourragères ?

1373
Partager :

Les semences fourragères sont l’ensemble des semences agricoles qui permettent de produire les espèces végétales utilisées pour composer les rations alimentaires des ovins et des bovins.

Sur le marché, on retrouve une multitude de variétés telles que : le ray-grass anglais, le ray-grass d’Italie, le trèfle d’Alexandre, les vesces, le dactyle, etc. qui servent à l’implantation des prairies temporaires ou définitives selon les besoins. Découvrez dans ce billet tout ce que vous devez savoir sur les semences fourragères.

A voir aussi : Comment réussir la culture des endives ?

Quelles sont les différentes variétés de semences fourragères ?

Il existe une multitude de variétés de semences fourragères créées en France et à l’étranger qui peut être utilisée pour mettre en place une prairie. On peut citer entre autres :

    A découvrir également : Comment se débarrasser d’un nid de guêpes ?

  • Le ray-grass d’Italie : il permet de produire des plantes herbacées annuelles ou bisannuelles très digestibles de la famille des poacées ;
  • Le ray-grass anglais : cette semence fourragère est utilisée pour la production de l’ivraie vivace qui est une plante herbacée résistante servant d’espèce de base des mélanges pour la mise en place des terrains de sport et des gazons ;
  • Les vesces : ils sont utilisés pour produire la vesce commune qui est une plante herbacée grimpante, originaire d’Eurasie ;
  • Le trèfle d’Alexandrie : c’est une semence qui permet de produire le Bersim qui est une plante herbacée de la famille des Fabacées ;
  • Le trèfle incarnat : il sert à la production du trèfle farouche qui est une plante herbacée souvent utilisée comme engrais vert et fourrage ;
  • Le dactyle : il est utilisé dans toutes les régions du monde pour cultiver le dactyle pelotonné ou aggloméré qui est une plante herbacée vivace de la famille des poacées.

Comment choisir vos semences fourragères ?

Si vous souhaitez mettre en place une prairie, plusieurs alternatives s’offrent à vous. Toutefois, pour un choix judicieux, vous devez prendre en compte un certain nombre de paramètres.

Le type de prairie

Vous pouvez mettre en place une prairie pour quelques mois ou quelques années. En fonction de la durée de production, vous devez choisir des semences fourragères adaptées. Il s’agit par exemple du :

  • Trèfle d’Alexandrie pour une production de 6 mois au maximum ;
  • Trèfle incarnat ou du ray-grass d’Italie pour une plantation de 6 mois à 1 an ;
  • Trèfle violet sur une durée de 1 à 2 ans ;
  • Ray-grass hybride sur une période de 2 à 3 ans ;
  • Ray-grass anglais pour une production de plus de 4 ans.

Le mode d’exploitation

En fonction des objectifs, les prairies peuvent être fauchées ou pâturées, ou encore les deux à la fois avec toutefois une dominante.

Pour réussir le choix de vos semences fourragères, vous devez définir au préalable le mode d’exploitation de votre fourragère qui est un facteur influençant les variétés à cultiver.

Le climat et le sol

Pour choisir vos semences fourragères, vous devez tenir compte des contraintes pédoclimatiques de votre milieu. Cela est très important, car toutes les plantes ne réagissent pas de la même manière face à l’excès d’eau, aux températures basses ou élevées, etc.

Comment préparer le sol pour semer des semences fourragères ?

La réussite de la production d’une prairie dépend en grande partie de la qualité du sol. Il faut bien préparer le sol avant toute implantation des semences fourragères.

Le labourage est une étape essentielle pour préparer le sol à la culture des semences fourragères. Il permet notamment de retourner la terre sur une profondeur comprise entre 20 et 30 centimètres selon les types de sols rencontrés.

En fonction du type d’outil utilisé, plusieurs types de labours peuvent être effectués : le labour à plat, le labour en planche ou encore le demi-labour. Les travaux doivent se faire dans les conditions climatiques adéquates afin d’éviter tout compactage excessif du sol qui pourrait impacter négativement son aération ainsi que l’enracinement des plantules.

Afin d’avoir un bon démarrage pour vos semis fourragers, il faut traiter contre les mauvaises herbes présentes sur votre terrain avant sa mise en culture. L’utilisation de produits phytosanitaires doit être limitée voire évitée selon l’endroit où vous souhaitez implanter votre prairie (zones humides par exemple).

Pour améliorer la qualité et la structure physique et chimique de votre sol, vous pouvez procéder à quelques opérations telles que l’apport d’engrais ou encore le chaulage qui permet de réduire l’acidité des sols. En fonction de leur acidité naturelle, certains types de semences fourragères préfèrent les sols acides (exemples : trèfle violet) quand d’autres se développent mieux sur des terrains moins acides.

La réussite d’une culture dépend en grande partie de la qualité du travail effectué au niveau du sol. Les opérations doivent être réalisées avec soin pour ne pas impacter négativement les futurs rendements.

Quand et comment récolter vos semences fourragères ?

Une fois que les semences fourragères ont été implantées et que la croissance des plantules est bien partie, vous devez mettre en place une stratégie pour la récolte. La récolte permet d’obtenir du fourrage pour nourrir le bétail ou stocker des réserves pour l’hiver. Mais comment doit-on s’y prendre ? Et à quel moment faut-il effectuer cette opération ?

La récolte dépend principalement du type de semence utilisée. Il existe deux types de récoltes : celle qui se fait avant la floraison (stade végétatif) et celle qui intervient après la floraison (stade reproducteur).

Pour faire le choix entre ces deux options, le producteur doit considérer plusieurs facteurs tels que l’espèce cultivée, son mode d’utilisation, ainsi que les conditions climatiques.

Vous devez noter qu’un défaut dans le choix du moment où on effectue la récolte peut impacter négativement sur sa qualité nutritionnelle. À cet effet, vous devez noter que la qualité nutritionnelle du fourrage dépendra non seulement de son stade de maturité mais aussi du choix et l’utilisation adéquate des outils lors de sa récupération.

Partager :