Comment fonctionne un pulvérisateur agricole ?

27
Partager :

Encore appelé « atomiseur agricole », le pulvérisateur agricole est un dispositif horticole servant à l’épandage de produits phytosanitaires sur une culture ou à l’application d’engrais foliaires. Cet engin agricole est utilisé dans la viticulture (en général) ainsi que dans l’horticulture et l’arboriculture. Le fonctionnement de cet appareil est basé sur l’utilisation d’un ensemble d’équipements, du réservoir de stockage à la pompe électrique.

Le réservoir de stockage du pulvérisateur agricole

La cuve constitue l’élément de stockage du liquide servant à la pulvérisation. La capacité de stockage de la cuve est comprise entre 200 et 600 litres. Le modèle de convenance dépend généralement de la superficie exploitable. À titre illustratif, une culture sur plus de 7 ha (hectares) exige souvent une cuve de près de 500 l.

Lire également : Quels sont les meilleurs rotofils de l’année 2022 ?

En ce qui concerne les pulvérisateurs de stockage de grandes performances, le réservoir de stockage, comme vous pouvez le constater sur cette page, est accompagné d’une cuve de rinçage. Le rôle de ce dernier est de nettoyer et d’entretenir l’ensemble du dispositif agricole.

Le système de distribution composé d’une pompe

Le système de distribution d’un atomiseur agricole est composé d’une pompe. C’est un dispositif permettant le prélèvement, le brassage et la pulvérisation du produit à répandre sur les cultures ou les adventices. Sur les grosses machines, ledit système est muni d’une double pompe opérant en série. De cette manière, lorsque la première pompe s’occupe de prélever et de brasser le produit, la seconde quant à elle se charge de pulvériser celui-ci.

Lire également : Comment nettoyer le tapis naturellement ?

La pompe électrique 12V, indispensable pour les travaux de pulvérisation

La pompe électrique 12V est une machine électrique à haute performance indispensable pour l’efficacité des travaux de pulvérisation. C’est un équipement qui effectue la mise en mouvement d’un fluide en vue de son déplacement. La propriété des fluides importe peu, du moment où la puissance de la pompe pour le faire fonctionner est supérieure à la puissance de viscosité.

Les pompes électriques 12V fonctionnent presque suivant le même principe. On actionne une roue à aubes tournant autour de l’axe de la pompe. Ses sections croissantes ont la forme d’une spirale, lui permettant donc de jouer son rôle de collecteur. La pompe électrique est incontestablement l’élément principal de votre pulvérisateur.

C’est justement elle qui effectue le transport des liquides (les fongicides, les engrais liquides…) présents dans la cuve vers les buses. De même, elle assure la sortie des liquides sous forme de gouttelettes fines. Grâce à ses caractéristiques comme le débit et la pression, la pompe électrique permet d’optimaliser vos travaux de viticulture, d’arboriculture ou encore les travaux d’épandage de solutions phytosanitaires. Il convient de notifier que le choix du modèle dépend de l’utilisation à laquelle elle est destinée.

pulvérisateur agricole

Le dispositif de transport du pulvérisateur agricole

La rampe assure le transfert du liquide partant de la cuve vers les buses. Elle est entièrement reliée au châssis ou rattachée à un support fixe de la machine. Cet équipement donne toutefois la possibilité à l’utilisateur d’optimiser l’épandage du produit. Ceci provient entre autres des articulations favorisant le déploiement de certains appareils jusqu’à 40 m de large.

Le système d’atomisation

Le système d’atomisation permet de contrôler la précision, la forme et la consistance de diffusion de la solution sur la/les culture(s). En revanche, la performance du système varie en fonction de certains éléments : les buses, la viscosité du liquide phytosanitaire, la qualité de la pompe et la quantité de pression d’air.

Le dispositif de transfert

Ce dispositif assure la propulsion des gouttelettes, de la buse vers leur cible. Ici, le but est la concentration maximale de solutions phytosanitaires sur la/les cible(s). Pour y parvenir, deux procédés sont adoptés sur le marché :

  • le transfert par flux d’air nécessitant l’utilisation d’un courant d’air pour escorter chaque gouttelette au moment de la flottaison,
  • le transfert par projection à travers lequel chaque gouttelette fait sortir des buses grâce à sa propre énergie cinétique.

Partager :