Bien associer les légumes au potager

1673
Partager :

Au potager, il est judicieux d’associer les légumes ensemble, afin de varier les plaisirs mais aussi de maintenir une forme d’équilibre. Comment bien associer les légumes ensemble au potager ? Nous vous rappelons dans notre article les principes de base des associations des plantations légumières au potager.

Les bonnes raisons d’associer les légumes au potager

Lorsque l’on se lance dans la culture des légumes et dans l’entretien d’un potager, on se confronte vite à un choix : quelles plantations mettre ensemble ? Les associations de légumes et de plantes entre elles peuvent bien sûr se faire au hasard… mais les risques sont réels pour vos récoltes.

A lire en complément : Plantation de fraises au printemps : conseils pour réussir

En effet, certains légumes ne s’entendent pas bien entre eux, notamment s’ils attirent certains parasites, maladies, insectes ou nuisibles. Le fait d’associer certains légumes entre eux permet d’éviter quelques désagréments au potager, et entre autres la perte de toute une récolte.

Les légumes ne se plantent pas uniquement pour avoir une certaine esthétique au jardin. Les associations de légumes au potager se font en suivant une logique basée sur plusieurs critères :

A lire en complément : Cultiver un figuier (Ficus carica) : astuces pour espaces verts et petits jardins

  • Quelle plante peut bénéficier de la présence de sa voisine ?
  • Quels légumes ont besoin d’apports similaires en termes de qualité de terre ?
  • Quels légumes est-il préférable de ne pas associer ?

Vous voulez en savoir plus ? Suivez avec nous le guide ci-dessous des associations de légumes au potager !

Potager : quel légume avec quel légume ?

Retrouvez ici les plantations, leurs « amies » et leurs « ennemies », listées par ordre alphabétique :

Ail : planter avec épinards, pomme de terre, carotte, concombre, oignon, fraisiers, tomates, navet. Ne pas planter avec chou et haricots.

Artichaut : planter avec asperge et laitue. Ne pas planter avec ail, chou, l’oignon, poirée et échalote.

Asperge : planter avec persil , poireau et tomate. Ne pas planter avec oignon et pomme de terre

Betterave : planter avec céleri, chou, laitue, oignon, haricot, radis. Ne pas planter avec les épinards et la carotte.

Carotte : planter avec ail, aneth, laitue, oignon, petit pois, poireau, radis, salade, tomate, ciboulette. Ne pas planter avec betterave et menthe.

Chou : planter avec betterave, haricot, laitue, salade, tomates. Ne pas planter avec d’autres choux et de l’ail.

Courgette : planter avec ciboulette, échalote, haricots, petits pois, oignon. Ne pas planter avec du concombre.

Courge : cf courgette

Concombre : planter avec aneth, chou, haricot, laitue, oignon. Ne pas planter avec le radis

Épinard : planter avec haricot, fraisiers, petit pois, radis, chou, tomate, salade. Ne pas planter avec la betterave rouge

Fèves : planter avec les tomates, les fraisiers et les courges. Ne pas planter avec ail et ciboulette

Fraisiers : planter avec ail, oignon, laitue, échalote, poireau, sauge, persil. Ne pas planter avec du chou

Haricot : planter avec carotte, fraisiers, chou, aubergine, laitue, courgette, céleri, pomme de terre, radis. Ne pas planter avec oignon, ail, pois, poireau

Melon : planter avec tournesol, potiron, maïs. Ne pas planter avec le concombre

Navet : planter avec céleri, ail, ciboulette, épinards, petit pois. Ne pas planter avec les radis

Oignon : planter avec ail, aneth, carotte, concombre, tomate, salade. Ne pas planter avec petit pois, haricots chou, poireau, fèves

Petits pois : planter avec des épinards, radis, chou, pomme de terre, carotte. Ne pas planter avec oignon, échalote, tomate, ail

Poireau : planter avec carotte, épinards, tomates, fraisiers. Ne pas planter avec pois et haricots

Pomme de terre : planter avec ail, haricot, pois. Ne pas planter avec courgette, radis, aubergine, tomates

Radis : planter avec des haricots, de la salade, des tomates, des carottes, fraisier. Ne pas planter avec concombre et cerfeuil

Salade : planter avec betterave, concombre, chou, épinards, haricots, radis, petits pois, tomates. Ne pas planter avec tournesol ou persil

Tomates : planter avec chou, carotte, oignon, épinards, persil, salade, poireau. Ne pas planter avec chou rouge, betterave, fenouil, pois

Parasites au potager : quelques astuces naturelles

Certains légumes, comme nous vous l’avons indiqué ci-dessus, n’apprécient pas la compagnie des autres. Cela peut être dû à des incompatibilités, ou encore au goût que peut donner une plantation à une autre, comme le cerfeuil avec le radis.

Les mauvaises associations de légumes peuvent faire perdre toute une récolte si certains parasites s’emparent de vos plantations en masse. Il est d’ailleurs recommandé de planter des œillets d’Inde, des pétunias et des soucis, ou encore de la capucine, de la bourrache et de la lavande dans un potager, afin d’équilibrer les plantations.

Certaines fleurs ont en effet des propriétés désormais reconnues pour faire fuir certains parasites. D’autres, au contraire, attirent certains insectes, ce qui est un réel avantage. La fleur est alors un leurre et permet de protéger les plantations.

Ainsi, la bourrache éloigne les limaces et les escargots. Plantez la en bordure du potager. La capucine attire les pucerons à elle. Les œillets d’Inde, eux, repoussent les vers et les parasites, tout comme les soucis et les pétunias. La lavande, elle, attire toutes sortes d’insectes pollinisateurs, essentiels à l’écosystème et donc à la production de légumes.

Les avantages de la rotation des cultures

Au-delà des associations entre légumes, il faut penser à la rotation des cultures dans votre potager. Effectivement, cela permet d’éviter l’apparition de maladies et de parasites qui se multiplient sur une même parcelle pendant plusieurs années.

Le principe est simple : chaque année, vous modifiez l’emplacement des différentes familles de légumes que vous cultivez. Si vous avez planté des tomates cette année dans un coin du potager, il faudra éviter d’en planter au même endroit l’année prochaine.

Cela permet aux sols de récupérer et d’éviter la transmission régulière de maladies persistantes comme le mildiou ou encore le virus de la mosaïque du concombre. La culture en rotation favorise aussi une meilleure absorption des nutriments. Une plante utilise certains éléments contenus dans le sol plus intensément qu’une autre. Si elle reste au même endroit durant plusieurs années, elle appauvrirait considérablement ce sol en ces éléments-là.

Il faut donc veiller à ne pas replanter deux fois successives une même famille végétale au même emplacement et prévoir un intervalle suffisamment long (environ 3 ans) afin que les éventuels pathogènes aient eu le temps de disparaître complètement du terrain.

Pour réussir sa rotation des cultures, il faut faire une liste complète des légumes que vous souhaitez cultiver et les classer en fonction de leurs familles respectives. Cela va permettre d’organiser son plan de culture et ainsi éviter toute répétition dans l’emplacement des légumes. Il est à noter qu’il ne faut pas hésiter à prendre le temps nécessaire pour la mise en place d’une rotation adéquate car cela peut s’avérer être un élément capital pour obtenir une belle récolte sans utilisation excessive de produits phytosanitaires.

Effectivement, la culture raisonnée au potager permet non seulement d’améliorer la qualité du sol mais aussi celle des légumes qui y poussent. Avec une bonne rotation des cultures et une association judicieuse entre les différentes plantations, vous pouvez obtenir une production abondante tout en respectant votre environnement et votre santé !

Comment planifier l’association des légumes dans son potager ?

Maintenant que vous avez compris l’importance de bien associer les légumes au potager et de faire une rotation régulière des cultures, il faut éviter les espèces antagonistes voire incompatibles par moments ayant nécessairement besoin l’un comme l’autre de cohabiter en harmonie.

Il est possible d’intégrer au potager des plantations associées, qui se complètent mutuellement, et donc peuvent favoriser la croissance de l’autre. Cela permettra notamment d’éloigner les parasites naturellement.

Il faut éviter de semer à proximité des végétaux ayant subi un traitement phytosanitaire dans les mois précédents afin d’éviter toute contamination accidentelle par résidus toxiques.

La planification de l’association des légumes peut paraître fastidieuse, mais elle sera rapidement rentabilisée par une belle récolte sans utilisation excessive de produits chimiques. Et avec un peu d’entraînement, vous aurez bientôt créé votre propre jardin potager équilibré !

Partager :