L’élevage industriel d’insectes, un secteur à en devenir

18
Partager :

Les startups œuvrant dans l’élevage d’insectes comestibles ont le vent en poupe ! Pourquoi un tel engouement ? La hausse de la population mondiale ainsi qu’une forte demande en protéines animales créent un nouveau secteur d’activité durale à faible impact écologique. Cette nouvelle production pourrait révolutionner notre mode d’alimentation et nos perceptions. Les détails.

Une mode de consommation en voie de modification

Lire également : Le salon international du machinisme agricole, ou SIMA 2019

Les projections de l’ONU tablent sur une hausse de 2 milliards de la population mondiale dans les 30 prochaines années. Cette forte croissance démographique va forcément impacter le mode d’alimentation et de consommation de ces quelques 9,7 milliards d’habitants prévus pour 2050.

C’est ainsi que l’on assiste à une évolution des modes de production agricole. Selon la FAO, la production alimentaire mondiale va augmenter de 70%. Ce n’est pas tout, pour pouvoir nourrir les habitants de la planète, la production de viande devra également doubler.

A lire aussi : L’agriculture biologique, c’est quoi exactement ?

Quel est l’intérêt des protéines d’insectes ?

Outre cette forte croissance démographique, les chercheurs en Elevage d’insectes et les acteurs économiques sont dans l’obligation d’envisager des sources alternatives d’approvisionnement durable en protéines. L’urgence de la situation a abouti à la reconnaissance de l’intérêt des protéines d’insectes.

Parmi ceux qui sortent du lot, on distingue le ténébrion meunier et la mouche soldat noire. Leur particularité réside dans la faible mobilisation de ressources dans leur production. Cela réduit de beaucoup d’empreinte environnementale lors de l’élevage.

 

Des vers de farine séchés dans l’alimentation bientôt autorisés ?

Dans cet élan d’évolution, les autorités se voient dans l’obligation d’évoquer des contraintes réglementaires. Cela dans un but de garantir la sécurité alimentaire et sanitaire de ce nouveau mode de production.

Juillet 2017 marque l’autorisation d’intégration de protéines d’insectes dans l’alimentation des animaux domestiques et des poissons d’élevage. Cet accord est délivré par l’Union européenne. Toutefois, cette novel food doit s’adapter au mode d’alimentation des animaux d’élevage.

 

Le ténébrion meunier, top 1 des insectes à consommer sans danger

Suite à l’avis de l’autorité européenne de sécurité des aliments en janvier 2017, la consommation d’aliments dérivés du ténébrion meunier est désormais autorisée. Cette nouvelle étape de franchie nous amène à modifier notre alimentation. D’ailleurs, cette même autorité indique que les larves de ce ver peuvent être consommées sans danger. Cela peut se faire soit sous forme de poudre, soit sous forme d’insecte entier séché.

Nouvelle étape, soumettre une proposition d’autorisation de la mise sur le marché des vers de farine séchés et ses dérivés. Cette demande doit également inclure les conditions de commercialisation. Cette soumission se fait par la Commission européenne aux Etats membres.

 

Forte hausse de la demande mondiale de protéine d’insectes

Aujourd’hui, l’Asie reste en tête de classement dans la commercialisation de la protéine d’insectes. Cela s’explique par le fait que les acteurs de cette région du monde y bénéficient un règlement sur l’environnement moins strict.

Force est toutefois de constater des régions émergentes, comme l’Europe et les Etats-Unis. Bien que leur volume de production actuel ne puisse pas encore concurrencer la production traditionnelle, ces zones restent un terrain favorable au développement de l’entomoculture.

Partager :